Panoramas à Paris

Posté dans : Inspiration | 0

Une exploration des Panoramas Parisiens du XIX Siècle

P0006-Titre2-365px

INTRODUCTION / CONTEXTE

Mon dernier lieu de travail était tout proche de l’opéra Garnier de Paris, j’avais pris l’habitude de descendre à la station Bourse (lieu de la bourse de Paris), et de prolonger à pieds mon trajet en passant par le passage des Panoramas. J’adore l’ambiance « vieux Paris » qui règne dans ces lieux.
Ce n’est que quelques mois plus tard, en parcourant Internet à la recherche d’informations diverses sur la photographie panoramique, que je suis tombé sur un petit bout d’histoire qui explique cette appellation « passage des panoramas ».
Quelques recherches plus loin, j’ai découvert l’engouement qui a été suscité il y a presque deux cents ans sur ce concept de panoramas qui était presenté sous la forme de spectacles grandioses dans des bâtiments dédiés à cet effet.

Vous l’aurez peut-être deviné cet article est une courte exploration des bâtiments Panoramiques survivants à Paris.

LES LIEUX

Pour lever tout de suite le mystère du passage des panoramas, il s’agissait bien entendu d’un lieu qui a hébergé deux panoramas dans les années 1800. Il se présentait sous la forme de deux batiments circulaires auquels on accedait par un couloir sombre afin de créer un effet de surprise pour le spectateur. Malheureusement, ces panoramas ont complèment disparu, il ne subsiste aujourd’hui que le nom des lieux pour évoquer cette époque révolue.

P0006-Passage-Panoramas1

Source : Musée Carnavalet

Fort heureusement, plusieurs autres panoramas ont été créés durant cette même période, dont seulement deux ont traversé les années pour être encore présents aujourd’hui. Ceux qui subsistent sont sur le bas des champs Elysées et sont tous deux devenus aujourd’hui des Grands Théâtres Parisien. Il s’agit du théâtre Marigny et du théâtre du rond point des champs Élysées.

THEATRE DU ROND POINT DES CHAMPS ELYSEES

En toute logique, le bâtiment principal a une structure circulaire, seuls quelques appendices plus angulaires ont été ajoutés au cours des années. L’entrée actuelle est noyée dans la végétation, cette verdure bienfaitrice au coeur de la ville ne laissant que peu apparaître la géométrie du bâtiment.

P0006-RdPoint1

C’est en faisant le tour, et en s’égarant vers l’arrière du bâtiment que la forme circulaire prend toute son ampleur. Une petite structure rectangulaire est greffée à l’arrière. En s’y approchant, on découvre sur les colonnes typiques du XIX, le mot PANORAMA objet de ces pérégrinations. Plus de doute, nous sommes bien sur les lieux de démocratisation de la représentation panoramique. Juste en dessous, il y a trois médaillons qui, probablement nomment les représentations panoramiques emblématiques des lieux.

P0006-RdPoint2

Pour découvrir le second bâtiment, nul besoin de prendre le métro ou de marcher des heures, il suffit de quelques minutes et de traverser l’avenue des champs-élysées.

THEATRE MARIGNY

Le bâtiment est plutôt imposant, sa forme hexagonale fait moins naturellement songer à la représentation de panorama circulaire. En faisant le tour, aucune trace, plaque ou indication, ne sont ici présentées pour remémorer l’histoire des lieux. Il faut dire que l’état actuel du bâtiment en cette fin 2015, donne à penser qu’il s’est figé pour s’enfoncer un peu plus dans l’histoire de la ville. Le théâtre est en effet fermé, et l’édifice est la proie de travaux de renouvellement prévus mais non commencés.

P0006-Marigny1

Les rares passants semblent tournoyer autour en le contournant, sans même avoir conscience de l’historique des lieux.

Quelques vitres sont brisées, et l’on se rend compte à quel point les dégradations peuvent rapidement prendre possession des lieux.

P0006-Marigny2

 

CONCLUSION

Nous venons de voir que l’histoire des panoramas qui date de plus de deux siècles est encore présente au travers de quelques bâtiments Parisiens.

Cet engouement d’alors est encore actuel de nos jours et fascine toujours autant, pour preuve la formidable installation PANORAMA XXL à Rouen qui renouvelle régulièrement ses panoramas. Un prochain article vous fera découvrir ma dernière escapade à Rouen.

Les images, bien que nous en soyons innondées de nos jours par toutes les nouvelles technologies, nous procurent toujours les mêmes émotions qu’ il y a 200 ans. Le pouvoir de l’image est intemporel !

Répondre