Photo panoramique avec appareil photo standard

Posté dans : Panoramique, Technique | 0

Dans cet article, j’examine comment utiliser simplement un appareil photo standard pour créer des images panoramiques.

P0019-Titre-01-365px

INTRODUCTION

Les techniques d’assemblage de photos, telles que celles présentées dans le Guide de la Panoramique, donnent de très bons résultats. Cependant, elles sont basées sur la prise de vue de plusieurs images, ce qui veut dire que – sauf en cas d’utilisation de plusieurs appareils simultanément – les images ne sont pas strictement capturées au même instant.

Dans le cas d’une scène statique, cela ne pose pas de problème, en revanche, lorsque la scène comprend un ou plusieurs éléments en mouvement, l’assemblage peut rapidement devenir un vrai casse-tête, voir même être impossible à réaliser.

Par ailleurs, l’image complète n’est pas visible au moment de la prise de vue, et cela peut être difficile pour le photographe d’anticiper le résultat final. Pour ces raisons, je vous présente dans cet article, une approche très simple pour réaliser des images panoramiques, avec une technique plus appropriée à la prise de vue sur le vif.

LE PRINCIPE

L’approche proposée ici est très simple et directe, elle consiste à faire ses photos avec un objectif grand angle puis à recadrer l’image selon le format panoramique souhaité. Bien entendu, l’angle de champ couvert est plus réduit qu’avec l’approche par assemblage : un objectif de 24mm couvre un champ de 74° de largeur de mode paysage, ce qui peut paraître assez réduit. En pratique, pour des photos prises sur le vif, par exemple en photographie urbaine, les résultats obtenus sont déjà très intéressants.

En ce qui concerne la prévisualisation, l’ordre de grandeur de l’angle de champ d’un objectif grand angle étant de 70°, celui-ci peut être couvert d’un simple regard. La problématique restante n’est plus de voir un champ plus large que le champ de vision mais plutôt de prévisualiser le format panoramique alors que le viseur est au format 4:3. Il faudrait disposer d’une solution de masquage des partie hautes et basses de l’image. Idéalement, cela serait intégré à l’appareil photo, malheureusement, en 2017, les logiciels internes des appareils numériques ne permettent pas l’ajout de nouvelles fonctions ou la modification de fonctions existantes.

Ainsi, la solution que j’ai retenue ici pour la prévisualisation du panorama est d’utiliser un verre de visée qui matérialise le format que je souhaite. Sachant que tous les modèles d’appareil ne permettent pas le changement du verre de visée, il est entendu que cette solution n’est pas applicable à tous.

Pour mon Canon 5D mark ii, j’utilise le verre de visée EE-D qui matérialise quelques lignes horizontales et verticales, il est spécialement conçu pour la photographie d’architecture ou de paysage.

verre-grille-eed

Le montage de ce verre dans le boitier se fait très facilement en quelques minutes.

EN PRATIQUE

La technologie reflex permet de voir dans le viseur ce qui est exactement vu par l’objectif via le verre de visée. De ce fait, ce que l’on voit dans le viseur est illustré dans l’exemple ci-dessous. Les lignes du verre de visée sont visibles dans l’image sans pour autant être très marquées.

vue-viseur

Lors du cadrage des photos, pour un format panoramique 3/1, il convient de mentalement masquer les zones de l’image qui sont au dessus et au dessous des lignes horizontales. Cet exercice sera à faire ultérieurement avec Lightroom pour créer l’image panoramique. En continuant avec le même exemple, l’illustration suivante représente en jaune la zone de recadrage.

verre-photo-grille

En utilisant le logiciel Lightroom d’Adobe, on peut définir un recadrage en s’appuyant sur les lignes de la grille ou encore en choisissant le ratio souhaité dans l’outil de recadrage. Par exemple, j’utilise le ratio 3/1 (ou 6/2 dans Lightroom) qui correspond à une largeur d’image trois fois supérieure à la hauteur. En définissant un préréglage pour ce recadrage, il sera aisé de l’appliquer à de grandes séries d’images. A noter qu’une fois le recadrage appliqué, il reste toujours possible de l’ajuster manuellement image par image si cela est nécessaire.

Avec cet exemple, l’image finale obtenue après recadrage est la suivante:

exemple

 

EXEMPLES

Pour illustrer cette technique, voici quelques exemples concrets:

exemple1

exemple2

exemple3

 

CONCLUSION

La solution proposée dans cet article est directe et simple à mettre en œuvre. Bien entendu, elle n’est pas parfaite – largeur de champ limitée et pas de prévisualisation explicite. Cependant, elle convient très bien pour un usage de photo sur le vif, tel que la photographie de rue.

 

Répondre